Les Evêques catholiques dénoncent… Les cinq fléaux de la RDC

Kinshasa, 12/07/2008 / Société

Le tableau est dramatique : celui peint par les Evêques catholiques au terme de leur Assemblée plénière du mois de juillet 2008. Ils ont dénoncé les 5 fléaux qui rongent la République démocratique du Congo : la corruption, la misère sociale, la faiblesse de l’autorité de l’Etat, l’insécurité, l’exploitation irrégulière des ressources naturelles. Conscients de la gravité de la situation, ils interpellent tout le monde: “  Il est temps de nous réveiller pour ne pas brader notre souveraineté nationale et trahir notre nation. Nous redisons avec force: le Congo n’est pas à ven­dre. L’avenir du Congo appartient aux Congolais ”. Un autre cri de guerre. Mais faut-il s’arrêter là, à ces ap­pels de vigilance ? Ou multiplier les campagnes de sensibilisation tant auprès des dirigeants que des di­rigés pour justement provoquer ce changement at­tendu par tout le monde ?

Réunis du 7 au 11 juillet 2008, les Archevêques et Evêques de la Conférence Episcopale Natio­nale du Congo, CENCO, vien­nent d’adresser un message pa­thétique d’espérance et d’inter­pellation au peuple congolais et à ses dirigeants. Un message qui ressemble plus à une sonnette d’alarme tant le tableau peint par les Evêques catholiques est dra­matique. C’est-à-dire, “ un Congo toujours exsangue et extraverti; une population meurtrie, appauvrie, plongée dans une misère sans nom et continue à brayer du noir, des hommes et des femmes fatigués d’une crise multiforme, politique, spirituelle, morale, des valeurs ”.

D’où cette dénonciation en des termes vigoureux des “ 5 fléaux ” qui rongent la Républi­que démocratique du Congo. Il s’agit de la Corruption, de la Mi­sère sociale, de la Faiblesse de l’Etat, de l’Insécurité et de l’Ex­ploitation irrégulière des ressour­ces naturelles.

De la Corruption, les Evê­ques catholiques disent “ qu’elle est devenue le cadre général de vie et d’action socio-politi­que en RD Congo. Il y a péril en la demeure. Pour bâtir un grand Congo ne serait-il pas urgent de décréter une année de lutte contre la corrup­tion ? ”

La Misère sociale, pour­suivent les Evêques catholiques, se remarque par cette flambée de prix des denrées alimentaires, l’usage désabusé de la drogue et des abus sexuels, et des contrées entières semblent purement et simplement abandonnées par l’Etat dans un enclavement qui hypothèque tout développement pour les populations. “ Ne nous voilons pas la face, en RD Congo des personnes meurent de faim ”, souligne la déclaration de la CENCO.

Bien plus, les Evêques enfoncent le clou : “ Il y a aujourd’hui un mur qui sépare toujours davantage les riches des pauvres. La tension salariale entre les hommes po­litiques et les agents de l’Etat appelle des réformes urgentes. Bien des salaires ne sont tou­jours pas payés, les ensei­gnants et bon nombre d’agents de l’Etat sont clochardisés. Ce qui fait craindre une nouvelle vague de grèves à la prochaine rentrée scolaire si rien n’est fait pour les enseignants. Il est surprenant que même des sociétés minières n’arrivent plus à payer leurs agents.... Nous ne pouvons accepter une démocratie à deux vitesses, où il y a d’un côté ceux qui vivent dans l’opulence et de 1’autre ceux qui doivent se contenter des miettes ”.

En ce qui concerne la Fai­blesse de l’autorité, de l’Etat, les Evêques catholiques espèrent l’émergence d’un leadership plus visionnaire et dynamique ”.

Et ce à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Et comme cela va de soi, cette absence de leadership entretient l’insécurité “ A l’heure actuelle la faiblesse de l’autorité de l’Etat se mani­feste par une insécurité crois­sante et une instabilité politique persistante. L’insécurité semble aujourd’hui générali­sée dans le pays. Des assassi­nats ciblés des personnes sur les routes et dans les maisons se multiplient. Des éleveurs Mbororo immigrés dans le Nord de la Province Orientale sacrifient les champs de la po­pulation, tuent tout autre herbivore, en faveur de leurs Va­ches. Des éléments de la rébellion ougandaise LRA pillent dans les paroisses et maisons religieuses, enrôlent des jeu­nes dans leur rébellion, et ré­quisitionnent des adultes pour des travaux dans leurs champs. Des FDLR et autres réfugiés rwandais contrôlent encore des portions du terri­toire. Des Congolais sont re­foulés de l’Angola dans des conditions inadmissibles. Des Frontières sont de plus en plus sans contrôle. Autant de situations qui devrait interpeller le Gouvernement ” font remarquer les Evêques.

Enfin, de l’Exploitation ir­régulière, illégale, massive et abu­sive des ressources naturelles, tant minières que forestières, dérange les consciences serei­nes. Pire, soulignent les Evêques, les contrats léonins et les trafics d’influence “ mettent à nu la cupidité de nos congénères autant que des étrangers ”.

Les églises aussi interpellées

Devant ce tableau peu re­luisant, les Eglises, particulière­ment l’Eglise catholique, de­vraient-elles se contenter seulement à dénoncer ? La CENCO n’est pas à sa première déclara­tion “ laborieuse ” sur la situa­tion dramatique en RD Congo. Un énième cri de cœur.

Certes, comme les Evê­ques l’ont souligné, l’Eglise ne peut se substituer à l’Etat. Ce n’est même pas ce que l’on lui demanderait au risque de débou­cher sur un autre conflit Etat­Eglise ”. Mais il s’agit de faire appel à cette ingéniosité qui ca­ractérise les hommes de l’Eglise pour multiplier les campagnes de sensibilisation auprès des gou­vernants et des gouvernés.

Pour preuve, dans ce même message, la CENCO, dans le domaine minier, a déclaré être prête, par sa Commission ad hoc, à prendre part à cette table de renégociation des con­trats miniers. Ce sont ce genre d’initiatives qu’il faudra multiplier. Parce que, comme ils ont en­core souligné, l’heure n’est plus aux beaux discours ”.

Oui, Evêques catholiques, il y a lieu de vous paraphraser en disant, “ l’heure n’est plus aux beaux messages. Ils est  temps de nous réveiller ”. Tous.

(Milor)

Le Potentiel